Visite à la papeterie Hahnemühle

01. juillet 2013

Il y a quelques jours, nous avons honoré l’invitation de la plus ancienne papeterie d’art d’Allemagne située à Dassel, en pleine campagne.

Dassel se trouve à environ 70 km au nord de Cassel, « au milieu de nulle part ». On y trouve d’énormes tamis cylindriques et longs qui produisent des papiers vergés, à aquarelle, huile/acrylique, esquisses et pastel ainsi que du papier à jet d’encre pour photographes professionnels. Hahnemühle est considéré comme l’inventeur du papier à jet d’encre FineArt. Les papiers d’art véritables, affinés grâce à une couche d’encre spéciale, permettent des tirages précieux avec des pigments de longue durée dignes des musées.

Hahnemühle est une entreprise traditionnelle dont les racines remontent à 1584. Elle a préservé son caractère de manufacture dans beaucoup de domaines. Les matières premières pour la fabrication du papier sont la cellulose, l’eau, la craie, l’amidon et des pigments (couleur terre) pour la coloration du papier.

 

Une fabrication de haute qualité dans une entreprise de tradition

 

Dans la première grande salle se trouvent de grands ballots de coton en provenance d’« Alabama » ainsi que des paquets de fibres de bambou et de cellulose. La cellulose est réduite et mélangée avec l’eau de source douce et pure de l’Ilme dans le pulpeur, une grande cuve avec un mixeur, afin d’en faire une pâte. La pâte coule dans de grands réservoirs et se transforme en une masse homogène grâce à un brassage vigoureux. Le grammage du papier est déterminé par l’ajout d’amidon, de craie et de pigments de couleur, selon les désirs individuels des clients. Des systèmes de conduite puissants transportent alors la purée de pâte de bois directement aux machines à papier.

La plupart des papiers sont produits grâce à un tamis long et très rapide, tandis que les papiers non couchés de haute qualité sont exclusivement produits grâce à un tamis rond. Les deux modes de fabrication (tamis long / tamis rond) se distinguent comme ceci : alors qu’un tamis long est couvert du mélange d’eau et de pâte de bois et que les fibres de papier suivent le sens de la marche du tamis, le cylindre du tamis rond tourne dans la cuve et les fibres ne se rangent pas. Ce second processus de fabrication traditionnel dure plus longtemps – la machine produit seulement 4 mètres de papier par minute – et rend le papier plus cher mais aussi de meilleure qualité. Le papier à la forme caractéristique apparaît lorsque l’eau s’écoule des bords de la page. 

Pour le transformer plus tard en blocs, le papier est enroulé autour d’un grand rouleau. Pour faire des feuilles, un ruban de cuivre sur lequel moins de purée de papier se dépose, comme un filigrane, se trouve sur le tamis rond – le papier peut ainsi se déchirer dans la longueur souhaitée. Les rouleaux de papier ou les feuilles vont enfin dans une grande salle pour être coupés dans les dimensions du commerce, leur qualité est contrôlée et le tout est emballé.

 

Une anecdote peu ordinaire pour finir

 

Pendant la seconde guerre mondiale, le papier des billets de banque des Livres britanniques était falsifié par la papeterie Hahnemühle – tout à fait officiellement, par ordre de l’Office central de la sécurité du Reich. C’est jusqu’ici la plus grande falsification d’argent connue.

 

La visite était intéressante pour nous aussi car la papeterie Hahnemühle produit de petites quantités sur demande (dès 3 tonnes). Maintenant, il nous manque juste un projet pour utiliser ce papier.

 

Plus d'informations sur hahnemuehle.com