Papier, Impression & Co.

Le papier joue naturellement un rôle central dans la conception d’un carnet – et l'encre, la mise en page, le poids et l'odeur sont tout aussi importants pour des livres illustrés. Nous vous guidons dans le choix du papier et des procédés d'impression répondant parfaitement à votre projet, jusque dans les moindres détails. Vous trouverez plus d'informations ici, ou encore mieux, en nous contactant directement.

Papier d’écriture

Papier premium

Les papiers premium Munken sont nos papiers préférés. Fabriqués dans des papeteries suédoises, ils sont présents dans près de 70 % de nos carnets. Et ceci pour notre grand plaisir ! La surface non couchée et lisse donne au papier un toucher extrêmement agréable. Nous les recommandons sans condition. Ce papier est, bien évidemment, certifié FSC. Le coloris « Polar » au ton blanc agréable donne un caractère naturel au papier. Le coloris « Pure » au ton crème subtil est fabriqué sans ajouts d’azurants optiques. Pour nombreux, les carnets sont associés à cette couleur chamois du papier.

1 de 2
2 de 2

Papier recyclé

Notre cher papier recyclé balaie tous les préjugés vis-à-vis des papiers recyclés prétendument disgracieux avec leur couleur grise ou jaunissant facilement. RecyStar Polar affiche un degré de blanc DIN ISO de 98 % et résiste parfaitement aux effets du temps. Il se pare de la certification FSC, du label allemand Ange bleu (der blaue Engel) et de l’écolabel « Fleur » de l’UE. Durabilité, propriétés exceptionnelles d’écriture, bonnes caractéristiques d’impression et résistance au déchirement : tout ceci combiné dans un seul et même papier. 100 % issu de papier de récupération et 100 % au profit de l’environnement.

Papier standard

Chez brandbook, vous trouverez un papier de bonne qualité à un prix tout à fait raisonnable. Les articles distribués, les supports publicitaires ou les cadeaux offerts lors des salons sont souvent produits en grande quantité et donc sources de dépenses. Nous vous proposons un papier sans bois offset fabriqué en Allemagne, à la structure naturellement mate et avec de bonnes propriétés d’écriture et d’impression. Il est polyvalent tout simplement.

Papier pour les pages illustrées

Si, en plus des pages consacrées à la prise de notes, vous prévoyez d’insérer des pages personnalisées, sachez que vous pouvez varier le type de papier. Pour les motifs disposés sur toute la surface, nous vous conseillons des papiers d’impression à la surface mate ou satinée. La qualité de l’impression dépendra, en effet, du type de papier sélectionné. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet dans la FAQ des techniques d’impression.

Papier waterproof

Encore une fois, nous avons plus d’une corde à notre arc : un papier waterproof doit conjuguer les avantages des pellicules (résistance au déchirement, imperméabilité) avec les propriétés du papier (caractéristiques tactiles, possibilité d’écriture et d’impression). Avec ce papier, vous disposez d’un carnet armé contre les intempéries ! Nous vous conseillons le neobond ® hybrid.

Papier résistant au marqueur

Nombreux sont les papiers qui, d’emblée, brillent par leurs caractéristiques. Ils sont opaques et parfaitement adaptés pour les carnets. Les écritures et les dessins ne traversent pas le papier, que vous utilisiez un stylo plume, un stylo bille, un stylo gel ou un crayon à papier épais. Cependant, les professionnels qui dessinent aux Copics ou aux marqueurs devront se tourner vers une autre solution : le papier « résistant au marqueur » de la papeterie Schoellershammer.

Papier transparent

Le papier transparent est parfait pour mettre l’accent sur certaines parties du carnet. Quel plaisir de dessiner ou de tracer des croquis sur du papier transparent avec un crayon à papier ou un stylo à pointe fine ! La transparence du papier permet de structurer les contenus de façon très individuelle.

Papiers de couleur

Pourquoi toujours prendre ses notes sur du papier blanc ? Pourquoi ne pas opter pour le jaune, en référence aux post-it, ou au doux bleu de votre identité visuelle ou encore pour un papier noir accompagné d’un stylo à mine blanche ? Les idées ne manquent pas et vous trouverez toujours le bon papier pour leur donner vie.

Gamme Premium

Nous travaillons depuis des années avec les meilleures papeteries et commerçants au monde afin de vous proposer les papiers les plus exclusifs. À l’instar des papiers Takeo du Japon, des papiers surfins sortis de la papeterie de papier à la cuve Gmund au Tegernsee, des papiers Fedrigoni, enseigne fondée en 1888, ou encore des qualités exceptionnelles fabriquées par les spécialistes du papier GF Smith. N’hésitez pas à nous contacter et nous composerons pour vous un assortiment.

Vie intérieure

Papier pour les pages de garde

Les pages de garde avant et arrière sont un élément essentiel : elles relient la couverture avec le corps de l’ouvrage et forment ainsi la première et la dernière double page du carnet. Il est possible de personnaliser les premières pages en imprimant des lignes d’adresse, un logo, des motifs, un calendrier ou tout simplement en les laissant vierges. Nous vous conseillons un papier surfin teinté pour les pages de garde.

Feuilles détachables et perforées

Avec quelques suppléments, il est possible d’optimiser votre carnet pour une utilisation encore plus agréable. Des microperforations placées aux endroits de votre choix permettent de détacher les feuilles facilement. Grâce aux deux ou quatre perforations, les pages peuvent être rangées dans un classeur après avoir été détachées.

1 de 3
2 de 3
3 de 3

Pages plus courtes ou dépliables

Si vous souhaitez présenter des contenus vastes, des agendas ou des infographies complexes, n’hésitez pas à opter pour des pages dépliables même dans un carnet ou dans un agenda. À l’inverse, il est possible de raccourcir certaines parties ou certaines pages du carnet. Encore une fois, c’est une possibilité pour structurer votre carnet de manière optimale.

1 de 2
2 de 2

Onglets prédécoupés

Les onglets découpés donnent une structure claire aux carnets et aux livres contenant divers éléments. Selon la conception de votre carnet, un outil spécial peut être crée pour structurer votre carnet de façon personnalisée.

1 de 2
2 de 2

Combiner différents types de papiers

Pourquoi se cantonner à un seul type de papier quand on peut en utiliser plusieurs ? Par exemple pour mettre en exergue certains sujets ou chapitres du carnet ou tout simplement parce que cela donne un look d’enfer. Les différents papiers teintés sont reliés par une couture, la tranche affiche ainsi une ribambelle de couleurs même lorsque le carnet est fermé.

Ouverture du carnet

La reliure cousue permet d’obtenir une planéité parfaite, le carnet ouvert repose donc complètement à plat sur la table. Les dessins pourront être réalisés sur les deux pages indépendamment du pli central. C’est un must en matière de carnets et encore une fois un autre critère de qualité de brandbook.

1 de 2
2 de 2

Reliure cousue avec fil coloré

Ce sont les détails que brandbook et ses clients apprécient tant sur nos carnets. La couleur du fil de couture peut, par exemple, être personnalisée. Sur un carnet relié au fil, une couture est visible à l’intérieur toutes les 16 pages. En règle générale, le fil est de couleur neutre, normalement blanc comme les pages intérieures. Mais si vous aimez l’excentricité, vous pouvez opter pour une couleur plus franche assortie à votre identité visuelle.

Insertion de pages illustrées

Vous avez la possibilité d’intégrer à presque n’importe quel endroit du carnet des pages illustrées. Il est courant de les insérer au début, au milieu ou à la fin. Mais la reliure cousue offre également d’autres possibilités. Nous vous conseillons avec plaisir pour réaliser vos envies.

Reliure cousue classique

Signe de qualité par excellence dans l’univers des carnets ! La reliure cousue est un garant de qualité et de longévité. Chez brandbook, cette marque de qualité est un standard. Les différents feuillets du carnet sont cousus entre eux à l’aide d’un fil, les pages ne se détachant pas. D’autres fabricants préfèrent opter, au contraire, pour une simple reliure collée comme celle des magazines. Les pages peuvent, avec cette méthode, malheureusement se détacher après plusieurs utilisations.

1. Papier

  • Quand faut-il choisir entre papier couché ou non couché ?

    Les papiers couchés et non couchés se différencient par leur surface, leurs propriétés tactiles et leur facilité d’impression. Les papiers couchés disposent d’une surface enduite, les détails pouvant ainsi être représentés avec une infime précision lors de l’impression. Les papiers non couchés ont une surface plus poreuse et des effets tactiles naturels. L’imprimé apparait plus doux, mais moins précis que sur un papier couché. Le papier utilisé pour les carnets et les agendas est un papier non couché, car il dispose de meilleures propriétés d’écriture et d’un toucher plus agréable.
  • L’impression d’image sera-t-elle meilleure avec un papier mat ou brillant ?

    Quand nous imprimons les images dans votre carnet, il s’agit toujours de définir votre projet pour savoir si des photos brillantes ou mates seront plus adaptées. Concernant la technique d’impression, nous optons pour un papier couché (mat ou brillant) afin d’embellir les détails de vos photos. Le papier brillant peut rompre avec l’effet mat des pages en papier non couché prévues pour la prise de note. Mais si vous recherchez plutôt la douceur, une certaine atmosphère et la profondeur, optez pour un papier poreux mat pour un fini sensationnel.
  • Que doit-on prendre en considération lors d’une impression sur des papiers couleur crème ?

    Tout comme sur du papier extrablanc avec une forte teneur de bleu, le papier crème donne un aspect jauni aux illustrés à cause de sa teinte de base jaunâtre, ce qui peut fausser les couleurs et donner un rendu disgracieux, notamment sur les teintes couleur peau. Avec le bon profil d’impression, qui réduira la quantité de jaune, il est possible de contrer cet effet avant l’impression. Nous vous fournirons avec plaisir le profil couleur ICC adapté. N’hésitez pas à nous en parler.
  • Wie wähle ich die richtige Papiergrammatur? Choisir le bon grammage

    Good notebooks usually have 90 to 100g/m² strong paper. It is just strong enough so it won’t crease, even if erasers are used, and it guarantees that your favourite fountain pen is not visible on the back; it has a high opacity. For a sketchbook that is solely used for drawing or painting, a paper strength of 120–150 g/m² is recommended.
  • Was bedeutet die Volumenangabe bei einem Papier?

    Le grammage joue certes un rôle, mais le volume également. Les papiers non couchés sont plus denses en raison de la compression des fibres durant leur procédé de fabrication. Certains d’entre eux sont même deux fois plus volumineux. Grâce à leur densité et à leurs propriétés tactiles, ces papiers sortent du lot et séduisent d’emblée par leur qualité. Un volume plus conséquent est perceptible au toucher, mais aussi à l’œil grâce au rendu optimal obtenu. Notre papier Premium Munken est 1,30 fois plus volumineux. C’est optimal !

2. Fichiers d’impression

  • Pourquoi mes fichiers RVB doivent-ils être convertis ?

    Le grammage joue certes un rôle, mais le volume également. Les papiers non couchés sont plus densesen raison de la compression des fibres durant leur procédé de fabrication. Certains d’entre eux sont même deux fois plus volumeux (volumineux). Grâce à leur densité et à leurs propriétés tactiles, ces papiers sortent du lot et séduisent d’emblée par leur qualité. Un volume plus conséquent est perceptible au toucher, mais aussi à l’œil grâce au rendu optimal obtenu. Notre papier Premium Munken est 1,30 fois plus volumineux. C’est optimal !
  • Que sont les profils couleur ICC ?

    Les profils ICC soutiennent la gestion des couleurs lors de la conversion des fichiers. Les profils de sortie donnés compensent les défauts des différents supports d’impression (coloris et propriétés de la surface des papiers) et procèdent à des adaptations de l’espace colorimétrique, qui est beaucoup plus petit à l’impression que sur un écran ou sur un fichier original. À l’aide de valeurs de référence indépendantes des périphériques, il est possible de simuler sur l’écran l’impression finale.
  • Quelle saturation de couleur et quel taux d’encrage sont réalisables ?

    En impression, la saturation maximale peut être atteinte en recourant à des tons directs. En cas de couleurs superposées (CMJN), l’addition des taux d’encrage ne doit pas dépasser 300 % (papiers couchés) et 260 % (papiers non couchés). Cela doit déjà être pris en compte au moment de la préparation du fichier.
  • Les détails peuvent-ils être représentés avec grande exactitude ?

    Nous préférons opter pour une ligne d’une épaisseur de 0,2 point imprimée en Pantone pour réaliser les grilles de nos carnets (un gris composé en CMJN pourrait causer des problèmes de repérage). Pour les écritures négatives ou réservées, il est préférable d’utiliser des tons directs, au risque de provoquer également des défauts de repérage visibles. Lors de l’impression et du marquage, la précision du visuel dépend bien évidemment du support. Un papier plus lisse fournira toujours un meilleur résultat qu’un papier très poreux. Un texte en couleur sur une surface en couleur est réservé par le logiciel de création graphique (la surface a des trous à l’endroit où le texte sera placé). Afin d’éviter les filets blancs, causés lorsque les couleurs ne sont pas imprimées exactement les unes sur les autres, il est conseillé de réaliser un recouvrement (grossi). Si les textes sont d’une couleur beaucoup plus sombre que le fond, la surimpression est préconisée pour obtenir le meilleur rendu possible.

3. Impression

  • L’impression offset est-elle toujours la meilleure solution ou l’impression numérique a-t-elle aussi ses avantages ?

    En général, plus le tirage est bas, plus l’impression numérique sera rentable, car aucune plaque d’impression ne doit être créée et la machine est calibrée plus rapidement. À partir de 200 exemplaires, l’impression offset est normalement moins coûteuse. La gamme de papiers pour l’impression offset est plus large que pour l’impression numérique, bien que de plus en plus de fabricants fassent tester et certifier leurs papiers pour les imprimantes numériques. La surface des papiers d’impression numérique est scellée, car ils sont enduits d’une couche pour permettre une meilleure adhérence de l’encre et le taux d’encrage est plus élevé. Même sur un papier non couché, la surface semble lisse et légèrement brillante lors de l’application de la couleur, alors que les encres d’impression offset ont tendance à être absorbées par le papier, ne changeant en rien les sensations tactiles de la surface. Cependant, une personnalisation est possible lors de l’impression numérique, et non pas en impression offset. C’est avec plaisir que nous vous aidons à peser le pour et le contre pour les types d’impressions possibles votre projet.
  • Comment combiner une grille et des illustrations sur une feuille ?

    Imaginons que vos pages publicitaires sont réparties de manière irrégulière dans le carnet ou que vous avez combiné une illustration et une grille à points sur une même page. Il existe un moyen pour éviter l’impression en 5 couleurs (CMJN pour les images + couleur spéciale Pantone pour les points/carreaux/lignes). En impression offset, nous créons les plaques d’impression à partir d’une trame à modulation de fréquence, appelée trame FM. Ainsi, les points ou les lignes sont rastérisés en 30 % noir, de sorte que les points (classiques sur une trame à modulation d’amplitude) disparaissent. Ainsi, il est possible de renoncer à la couleur spéciale et de faire des économies tout en obtenant un imprimé propre. Cela ne nécessite aucun effort supplémentaire de votre part au moment de la création du fichier.
  • Comment puis-je m’assurer de la qualité de l’impression ?

    Dans la phase d’établissement du devis, nous vous fournirons des échantillons d’impression issus de productions comparables à la vôtre et représentatifs de nos exigences en termes de qualité. Réaliser une épreuve de votre motif sur une imprimante offset coûte cher et n’est donc préconisé qu’en cas de couleurs spéciales ou de motifs très critiques. Pendant le processus de production, votre interlocuteur brandbook vérifiera la qualité de l’imprimé avant d’envoyer le projet à notre atelier de production. L’ensemble des exemplaires est néanmoins déjà imprimé. Cependant, en cas de réclamation, il est possible d’éviter des coûts plus élevés, si les modifications sont apportées à cette étape de la production. Si vous disposez d’un délai suffisant large pour votre projet, nous nous ferons un plaisir de vous transmettre ces feuilles pour validation.
  • Quels sont les avantages d’une épreuve de contrôle ou quels sont les documents qui peuvent servir d’orientation ?

    Sans possibilités de comparaison, il est difficile de définir le résultat souhaité ou de critiquer le résultat final après coup. Une impression à partir d’une imprimante laser ou une épreuve en basse résolution (imprimante jet d’encre dans les étapes en amont) ne serviront qu’à contrôler l’intégralité de l’imprimé. Ces impressions — pas plus que l’image renvoyée par les écrans — ne sont engageantes en termes de colorimétrie ! Il est donc conseillé de créer une épreuve contractuelle à partir d’une imprimante haute résolution. Certes, elle ne sera imprimée qu’en numérique et ne pourra donc que simuler le rendu ultérieur en offset, mais elle sera engageante en termes de colorimétrie en raison des modifications apportées. L’épreuve doit afficher des bandes de contrôle permettant une vérification technique. Ce n’est qu’à partir de ce document qu’il est possible de procéder aux modifications nécessaires sur l’imprimante. Les couleurs spéciales seront comparées au nuancier correspondant.

4. Couleur

  • Pantone, HKS & RAL : en quoi consistent les couleurs spéciales ?

    Il est nécessaire d’utiliser des couleurs spéciales quand l’espace colorimétrique représentable par CMJN est agrandi pour intégrer le champ des couleurs métallisées ou fluo par exemple. Si les couleurs de votre entreprise sont d’ores et déjà définies, il est recommandé d’opter pour un ton direct (préférable à la quadrichromie) afin d’obtenir le même rendu de couleur sur les surfaces. Que vous utilisiez le système Pantone, les couleurs HKS ou le nuancier RAL, nous pouvons utiliser la couleur en tant que référence. Seules les couleurs Pantone (palette de couleur spéciale la plus utilisée au monde en imprimerie) et HKS (système de couleur un peu moins large conçu par trois fabricants allemands de couleurs) sont utilisées en impression offset, les pigments colorés RAL sont, quant à eux, propres aux vernis.
  • Quelle est la différence entre Pantone C et Pantone U ?

    En comparant les couleurs Pantone du nuancier C (coated, soit papier couché) et du nuancier U (uncoated, soit papier non couché), on constate que certaines couleurs ayant la même référence présentent pourtant de fortes différences optiques. Souvent, les couleurs du nuancier U apparaissent plus ternes et délavées, car le papier est poreux, absorbant ainsi un peu plus d’encre. Si l’on souhaite composer un carnet avec du papier non couché et du papier couché, une comparaison des couleurs est inévitable. Il faudra éventuellement opter pour un autre ton Pantone se rapprochant, d’un point de vue optique, de la valeur C.
  • Quel est l’avantage des encres fortement pigmentées ?

    Les encres fortement pigmentées de la série ANIVA ® sont recommandées lorsque les illustrations doivent être représentées le plus précisément possible avec un maximum de détails sur un papier non couché. Une impression classique offset sur du papier non couché provoque normalement un rétrécissement important de l’espace colorimétrique. Les encres fortement pigmentées permettent de pallier cet effet et même d’élargir l’espace colorimétrique. Le fini n’en est que plus beau. N’hésitez pas à demander des conseils à votre interlocuteur brandbook quant à une possible utilisation d’encres fortement pigmentées.
  • Les couleurs fluo garderont-elles en offset leur brillance et leur éclat comme en sérigraphie ?

    Les encres fluo disposent de pigments spéciaux dotés d’une forte intensité lumineuse. Elles sont appliquées sur le support en couche épaisse comme lors de la sérigraphie. Il faut prévoir deux passages pour obtenir en offset des encres fluo aussi éclatantes et saturées qu’en sérigraphie ou que sur un nuancier Pantone. C’est notamment le cas pour les papiers non couchés. Mais cette méthode est également recommandée pour les papiers couchés aux surfaces enduites.
  • Est-il possible d’obtenir des couleurs métallisées et irisées au moment de l’impression ?

    Oui ! Les particules brillantes perlées donnent à l’encre un effet irisé et peuvent être mélangées à celle-ci. Le système des couleurs Pantone contient également des tons métallisés (doré, argenté et cuivré, mais aussi des couleurs multicolores brillantes et métallisées) qui seront du plus bel effet en particulier imprimés sur un papier couché. La brillance n’est pas totalement comparable à celle obtenue à partir d’un marquage à chaud métallisé, mais les motifs et les demi-teintes réalisables sont beaucoup plus variés.
  • Comment donner un effet particulier à une nuance de gris ?

    L’effet d’une photo en noir et blanc peut être renforcé en utilisant une couleur spéciale prédéfinie dans les fichiers. En bichromie, impression d’une encre noire et d’une seconde encre, les détails deviennent beaucoup plus perceptibles. La seconde couleur est sélectionnée en fonction de l’effet recherché. Un ton argenté conférera à l’image une impression d’élégance, alors qu’un ton brun donnera un effet sépia.
  • Quand vernir les feuilles et quand renoncer au vernis ?

    En règle générale, dans la fabrication de carnets, nous rencontrons des problèmes lors du pliage, du découpage du corps du carnet et lors de la découpe finale des bordures. C’est justement à ces moments que la pression la plus forte est exercée. Ainsi, il peut se produire un écoulement de la matière, ce qui signifie que l’encre déborde sur les espaces devant normalement rester blancs. Le vernis peut donc être utilisé comme couche protectrice sur les imprimées prenant toute la page et débordant sur la marge ou lorsque le taux d’encrage est de 250 %, voire plus. Le vernis est recommandé sur papier d’impression, alors qu’il n’est pas nécessaire sur le papier non couché (propriétés tactiles du papier non couché sont conservées).

5. Durabilité

  • Les certificats comme le FSC ou l’Ange bleu allemand attribués aux papiers contribuent-ils à la protection de l’environnement ?

    Le papier est la matière première la plus utilisée en termes de quantité dans la fabrication des livres. La fabrication de papier recyclé consomme environ deux tiers d’énergie, d’eau et de CO2 en moins que celle du papier vierge. D’un point de vue environnemental, le papier recyclé est définitivement le bon choix. Le label Ange bleu garantit que les fibres de papier sont issues à 100 % de papier de récupération et qu’aucune substance chimique ou azurant optique n’a été rajouté. Nos forêts sont protégées, car aucun arbre n’est abattu et, ainsi, l’habitat si précieux des animaux et des plantes est préservé. Forest Stewardship Council, abrégé FSC, est un système de certification reconnu dans le monde entier distinguant le bois et l’industrie du traitement du bois (à laquelle les fabricants de papiers et les imprimeries appartiennent également). La plupart des organisations environnementales, de protection de la nature et des droits de l’homme soutiennent cet objectif pour une sylviculture responsable et durable. Les deux labels font office de standards et apportent une contribution essentielle à la conservation de nos forêts dans le monde entier en imposant des contrôles stricts des critères sociaux et écologiques !
  • Quels sont les éléments à prendre en considération lors d’une impression sur papier recyclé ?

    En règle générale, notre papier recyclé préféré, RecyStar Polar, peut être imprimé comme les autres papiers non couchés. Lors de l’impression d’une surface de couleur ou de photos, il est important de noter que le recto diffère légèrement du verso, donnant ainsi un rendu différent. La teinte très subtile du papier peut être compensée à l’aide du profil ICC adapté.
  • Existe-t-il également des encres écologiques ?

    Les encres pour l’impression offset contenaient à l’origine des huiles minérales utilisées comme liants, mais entre-temps ils sont également disponibles en origine végétale. En outre, la résistance à l’abrasion est meilleure qu’avec des encres d’impression classiques. Les avantages ne s’arrêtent pas là pour les imprimeurs : les intervalles de lavage sont largement plus espacés et il n’est plus nécessaire de procéder à des réglages ultérieurs du mécanisme d’encrage. C’est la raison pour laquelle nous trouvons que les encres écologiques sont les meilleures !
  • Que signifie une impression au bilan climatique neutre ?

    Un comportement responsable vis-à-vis du bilan climatique est requis ! Opter pour un bilan climatique neutre lors du traitement de votre commande ne générera aucun effort ou délai supplémentaire de votre part. N’hésitez pas à nous en parler, c’est avec plaisir que nous vous conseillerons. Nous calculerons les émissions de CO2 propres à votre commande et le montant correspondant à la compensation. En contrepartie, vous pourrez apposer le logo « impression climatique neutre » sur votre produit imprimé et vous recevrez un certificat attestant de la quantité totale d’émissions de CO2 compensées. Avec un ID, vos clients peuvent retracer la production et découvrir la quantité de CO2 compensée.

6. Finitions

  • Quels sont les formats classiques pour les carnets et lesquels sont disponibles ?

    Les pages respectent, la plupart du temps, les dimensions des formats normés les plus connus. brandbook a décidé d’optimiser ces formats pour des raisons esthétiques, de sorte qu’une page A5 mesure chez nous 141 mm × 207 mm (au lieu de 148 mm × 210 mm). Nous avons calé nos machines d'impression par rapport à ces dimensions, ce qui signifie que le format A5 pour une couverture aux coins arrondis constitue un format spécial (les coûts étant donc légèrement plus élevés). Vous avez, cependant, toujours la possibilité d’opter pour notre format standard ou pour un format individuel, par exemple le format carré. Dans la fabrication industrielle de carnets, la technique permet d’obtenir des formats de 7,8 cm × 10,8 cm à 26,5 cm × 37,5 cm ; dans la reliure à la main, la marge de manœuvre est encore plus large.
  • Qu’est-ce qu’une fausse double page ?

    Les photos ou les éléments graphiques des pages illustrées sont de temps en temps à cheval sur deux pages (attention : 2 pages publicitaires sont, en outre, constituées d’un recto à droite et d’un verso à gauche ! Si vous désirez avoir une double page, il vous faudra prévoir quatre pages d’un point de vue technique). La partie gauche et la partie droite ne se trouvent pas toujours sur un même morceau de papier, les feuillets du cahier étant pliés et encartés. Sur un cahier relié composé de 8 pages, seules les pages 4 et 5 sont directement en vis-à-vis ; les autres constituent ces fausses doubles pages. Cela peut provoquer des défauts, certes minimes, mais possibles suite au pliage, donnant un mauvais rendu. Les diagonales devraient être évitées à ces endroits.
  • Pourquoi la pagination change-t-elle de place parfois ?

    Les éléments des fichiers d’impression toujours placés au même endroit par rapport à la marge semblent avoir changé de position dans le produit fini, une fois le carnet relié. La chasse du carnet est plus volumineuse en raison du nombre important de feuillets encartés les uns dans les autres. Après la découpe finale du corps du carnet, les pages intérieures sont un peu plus courtes que les pages extérieures d’un cahier de 16 pages. Ce phénomène est très difficile à atténuer. En rassemblant les informations sur l’épaisseur du papier, il est possible de prévoir cet effet de déplacement et ainsi d’ajuster manuellement les différentes pages.
  • Quand faut-il éloigner des éléments du pli central sur les carnets avec reliure cousue ?

    Les pages illustrées et collées (la reliure cousue étant impossible) individuellement ou dans un cahier de quatre pages disposent d’un bord encollé mince au niveau du pli central (env. 4 à 6 mm). Le centimètre intérieur ne devrait donc contenir aucune information de texte ou d’image importante et la mise en page devrait être ajustée afin que les textes et les photos soient disposés de manière équilibrée sur la page. Cela vaut aussi en cas d’impression des pages de garde avant et arrière également encollées pour être reliées au corps du carnet.